AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Bienvenue !
BANGBANGBABY, alias Three Bee est un forum RPG qui n'a pas de contexte. Nous ne vous imposons que deux choses : un lieu et des intrigues. Ces mystères sont mis en place pour pimenter vos RP de sortes à ce que ceux-ci ne soient pas toujours monotones ! Il peut également servir d'entraînement pour les personnes qui se lancent dans l'univers du RPG. Il n'y a pas de "niveau" de RP pour pouvoir s'inscrire sur le forum, tout ce que nous vous demandons c'est 10 lignes par RP. Le but est de s'amuser et de se détendre !
Le staff de BBB !
CINDY T. ANDERSON
Administrateur
Voir le profil
LOGAN V. ROCKAFELLER
Administrateur
Voir le profil
ALHEÏRI S. FENYANG
Administrateur
Voir le profil
AMAÉLIA DESTINY
Modérateur
Voir le profil
Passez votre curseur sur les images !
Nouveautés !
12/11 : JOYEUX ANNIVERSAIRE BANGBANGBABY ! ♥

Nouveau design ! Commentez ici
Mise en place des $AU (Dollars Australiens), soit la monnaie du forum sous peu. Nous avons déjà commencé et bientôt, celle-ci sera pleinement intégrée au forum! ;)


Partagez | 
 

 Somewhere nice we can be alone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Eliott Faith
avatar
I could be your girl, girl, girl
But would you love me? ♥

about me
Masculin
✗ INSCRIPTION : 24/06/2011
✗ DATE DE NAISSANCE : 25/03/1994
✗ ÂGE : 23
✗ MESSAGES : 265
✗ HUMEUR : Euphorique
✗ EMPLOI : Escorte-boy
✗ GANG : Dust Pirates

MessageSujet: Somewhere nice we can be alone   Sam 25 Juin - 5:40
Somewhere nice we can be alone
    Nowhere,
    Yeah we're going nowhere fast,
    Maybe, this time, I'll be yours, you'll be mine.

    Lady Gaga, Summerboy.


07:00 am J'en avais plus qu'assez de rester chez moi, à tourner en rond comme un lion dans une cage, sans rien faire de positif ou de constructif. Je regardais mon portable... Il affichait sept heures. Ni une, ni deux je décidais de m'habiller pour sortir. Respirer l'air pollué de Sydney me ferait certainement plus de bien que de rester enfermé dans mon appartement à ruminer toute la journée. En dix minutes j'étais prêt et je sortais. Dehors le soleil resplendissait. J'avais du mal à croire que de la pluie était annoncée pour l'après-midi. Enfin, le temps change vite à Sydney avec la proximité de l'océan. Il y avait peu de monde dans les rues, mes rencontres se limitèrent à un clochard, une petite mamie, un étudiant et deux facteurs. Prenant la direction du parce, j'avais en tête de m'asseoir sur une balançoire et de me laisser bercer par les bruits de la ville qui s'éveille. Mauvais calcul... Le parc que j'avais choisi était trop grand et les balançoires étaient absente de l'aire de jeux pour enfants.

*Quelle arnaque* pensais-je *Je n'ai plus qu'à me dégoter un banc et attendre le déluge*

Ce que je m’empressai de faire. Non loin des jeux se trouvaient les rives de ce qui pourrait être qualifié de petit lac. Tout autour, comme les bougies sont disposées sur un gâteau d'anniversaire, trônaient des bancs parfaitement alignés. Je fis le tour du lac avant d'en trouver un. Il n'était pas extraordinaire en sois. D'aucuns diraient même qu'il est laid avec ses graffitis. Certains étaient de véritables déclarations d'amour alors que d'autres tenaient plus du règlement de compte... Je m'allongea dessus afin de mieux voir l'azur, le lac n'étant en lui-même pas très passionnant. Un couple d'oiseau s'envola faisant trembler quelques branches touffues. Le soleil commençait doucement à chauffer et je sentais sa lumière et sa chaleur se répandre en moi. Pour la première fois depuis longtemps, j'étais bien.
Revenir en haut Aller en bas
Logan V. Rockafeller
avatar
THE BORE KILLS THE BOREAS ϟ

about me
Masculin
✗ INSCRIPTION : 11/11/2010
✗ MESSAGES : 946
✗ CITATION : « Les notes dansaient en rythme sur un air électro. Acide. Pulsions électriques. Une étincelle, harmonie démentielle. »
✗ EMPLOI : Serveur & chef suprême d'Uroboros à ses heures perdues
✗ GANG : Uroboros

MessageSujet: Re: Somewhere nice we can be alone   Mer 29 Juin - 15:50
MALADRESSE, QUAND TU NOUS TIENS.

Une légère brise, associée à la beauté suprême de l’aurore. 07:03 AM. Sydney en plein éveil, rien n’était plus beau qu’une ville peuplée, paisiblement installée dans les bras de Morphée. D’une quiétude apaisante. Somnolente. Mes pas semblaient me guider au gré des boulevards et des ruelles, en quête d’une certaine tranquillité, loin des tracas d’Uroboros et des problèmes quotidiens qui ne nous lâchent pas. Profiter, c’est tout ce que je demandais. Rien de plus, rien de moins. Plus je m’éloignais de l‘épicentre de son activité, plus mon objectif me semblait plus clair, plus précis. Mes jambes ne me portaient plus aux hasards des chemins se dessinant à mesure de ma progression. La brume qui avait réussi à inonder mon esprit se dissipait enfin. Le paysage était en constante modification. Les buildings et le béton laissaient place à toujours plus de végétation. D’une allure sereine, la route semblait longue. Pour m’avoir finalement menée jusqu’à cette étendue végétale qui semblait combler de bonheur, les amoureux de la nature. Parfait. J’étais enfin récompensé pour tout ce travail. Non, je ne venais pas de m’éveiller tel un somnambule. Disons que je me laissais guider par mon inconscient et ses désirs les plus fous.

Malgré mes nombreux péchés, je me risquais à pénétrer l’entre de Dame nature, quitte à profaner les lieux de mon malin. Je n’étais, certes, pas la représentation la plus parfaite de l’innocence même d’un jouvenceau, mais un lieu tel que celui-ci me semblait plus symbolique d’une divine providence envers l’homme, qu’une simple bâtisse en pierre ornée de vitraux relatant l’existence d’un dieu pour le moins utopique. Pensées mises à part. Je me retrouvais en face à face avec la verdure des rives de l’étendue aquatique qui faisait la réputation de ce pâturage. 07:17 AM. Notre astre quotidien avait bien eu assez de peine à se hisser, mais la simple vue de ses innombrables reflets dansant à la surface de l’eau ne pouvait nous laisser de marbre.

Dans ma tranquillité, je fus interrompu par une voix m’interpellant. Je fis immédiatement volte-face. Se rapprochant, les élocutions devinrent de plus en plus distinctes, alors que je m’emparais de cet objet non-identifié qui avait tout simplement failli me percuter. Quelques secondes de plus m’auraient suffi à essuyer le plus lamentable échec de toute mon existence. Ce que je venais de m’accaparer n’était autre qu’un frisbee. Un jouet très apprécié des plus jeunes pratiquants en extérieur, le plus souvent accompagnés de leur tendre mère à l’affut d’un beau mâle. J’observais les alentours, alors que l’on s’adressait de nouveau à moi.
    « Eh, monsieur. Tu voudrais bien jouer avec nous ? » Son timbre démontrait de toute sa candeur. La jeunesse. Dix à douze ans au maximum. Alors que son partenaire de jeu s’avançait vers moi, leurs prunelles me suppliaient d’accepter, tels des yeux de biches. Je m’efforçais de résister. Merde. Décidément, je ne pouvais me permettre de refuser une telle proposition.
    « Hm. Je me demande bien qui sera le plus fort d’entre nous. » Sourire au lèvres, d’un mouvement accompagné je lançais avec force, ledit jouet.
Sa trajectoire était rectiligne, ralentie. Je m’amusais à contempler les deux chérubins, enjoués, courant à pleines jambes pour tenter de le rattraper. Leur sourire radieux aurait su motiver toute une troupe de soldats, même après quatre nuits blanches consécutives. L’innocence même. Les échanges affluaient, alors que leurs membres devenaient lourds. Leurs poids influaient sur leur endurance, leur souffle se faisait étonnamment plus irrégulier. La fatigue se ressentait.

07:34 AM. Un lancer, l’ultime. J’entamais une course folle, avant de la poursuivre à reculons et ainsi, pouvoir rattraper cet artefact portant la hantise de tous les asthmatiques. Mon parcours fut soudainement interrompu par un obstacle disons, de taille. La collision n’en fut pas moins brutale. Alors que je trébuchais, mon corps tout entier bascula en arrière avant de s’écraser sur le sentier battu. À peine sonné, j’avais entrainé avec moi, une personne qui semblait s’être, comme on le dit bien souvent, malencontreusement trouvée au mauvais endroit, au mauvais moment. Une chute tout à fait splendide marquant l’adresse du rouquin après avoir subi les conséquences désastreuses d’une longue nuit passée en compagnie d’un plateau, revêtit de la fameuse tenue du serveur attitré. Tout simplement mythique. Finalement, j’avais essuyé le plus bel échec de toute ma vie. J’ouvrais les yeux, faisant face à cette malheureuse victime qui se trouvait être… un homme ?

________________________

「 BEYOND MONDAY 」 – exploding heads with bass sounds


Dernière édition par Logan V. Rockafeller le Ven 8 Juil - 4:47, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eliott Faith
avatar
I could be your girl, girl, girl
But would you love me? ♥

about me
Masculin
✗ INSCRIPTION : 24/06/2011
✗ DATE DE NAISSANCE : 25/03/1994
✗ ÂGE : 23
✗ MESSAGES : 265
✗ HUMEUR : Euphorique
✗ EMPLOI : Escorte-boy
✗ GANG : Dust Pirates

MessageSujet: Re: Somewhere nice we can be alone   Mer 29 Juin - 21:06
    Hey there summerboy,
    I'm a busy girl,
    Don't go too much time,
    Hurry up before I change my mind.

    Lady Gaga, Summerboy.


07:34 am Le soleil, quelle merveilleuse création. Je me faisait réchauffer par les premiers rayons du jour. Ces rayons là sont les meilleurs... Il ne fait pas encore suffisamment chaud pour qu'ils agressent la peau et l'air n'est pas suffisamment lourd pour qu'il soit insupportable d'être dehors. Tout mon environnement m'était étranger. J'étais là sans y être. Grave erreur! Je ne l'ai pas vu venir. Jusqu'à la dernière seconde, je n'ai pas compris ce qu'il m'arrivait. Ce n'est lorsque j'ai réalisé qu'une personne était tombée sur moi que j'ai ouvert les yeux. Réintégrer le monde réel ne fut pas sans douleur, la personne qui m'était tombée dessus n'était pas des plus légère. Enfin, ce n'est pas comme si j'étais musclé... Poussant un juron je décidais de demander à l'inconnu de se pousser car il me faisait mal.
    « Excusez-moi mais, heum, comment vous le dire avec délicatesse... Vous m'écrasez un tout petit peu là... Pourriez-vous vous relever? »
Libéré! Enfin! Je retrouve l'air et je savoure chaque bouffée. À mon tour je me redresse et dévisage celui qui a osé m'écraser de tout son poids. C'est un jeune homme d'une vingtaine d'années. Plus grand et plus âgé que moi, il tient dans sa main un frisbee. Tout s'explique lorsque je vois deux petits garçons s'approcher de lui l'air inquiet.

*Stupides morveux* fulminais-je *Incapable de jouer sans faire attention aux personnes qui peuvent se trouver aux alentours*

Je me levais et partais, sans prêter attention au rouquin qui me présentait ses excuses. Tant pis pour lui, il n'avais qu'à jouer ailleurs et faire attention aux autres. J'avais besoin d'une clope pour décompresser. Tâtant mes poches à la recherche de mon paquet et de mon feu, je me rendis vite compte que je les avais laissés sur le banc. J'enrageais. Décidément, cette journée virait à la malchance. Enfin, du moins il faisait toujours beau...


Dernière édition par Eliott Faith le Lun 11 Juil - 19:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Logan V. Rockafeller
avatar
THE BORE KILLS THE BOREAS ϟ

about me
Masculin
✗ INSCRIPTION : 11/11/2010
✗ MESSAGES : 946
✗ CITATION : « Les notes dansaient en rythme sur un air électro. Acide. Pulsions électriques. Une étincelle, harmonie démentielle. »
✗ EMPLOI : Serveur & chef suprême d'Uroboros à ses heures perdues
✗ GANG : Uroboros

MessageSujet: Re: Somewhere nice we can be alone   Lun 4 Juil - 11:25
MUSIC REACH.

Ma foi, le retour à la réalité n’en fut pas moins brutal. Un épisode sans doute des plus douloureux en ce qui concerne l’individu sur lequel je m’étais malencontreusement effondré. Dans une once d’agonie, on pouvait l’entendre geindre. Chaque mot qu’il prononçait démontrait de sa crispation, ses mouvements semblant mécaniques. Ses paroles résonnèrent maintes fois dans ma tête. Tilt. Soudainement, d’un mouvement brusque, mon corps se rehaussait de nouveau. Maintenant libéré de mon poids, il pouvait enfin prendre une grosse bouffée d’oxygène. Étais-je si accablant ? Bien sûr que non, mais la surprise n’en fut pas moins le plus impressionnant. Son regard austère s’était finalement posé sur moi, avant de dévier sur l’objet en ma possession. Au même moment, les deux chérubins accoururent, les yeux écarquillés, l’air inquiet. Lui, agacé.

Je fixais de nouveau l’individu, pour m’excuser pleinement d’avoir engendré ces quelques tracas. Du moins, c’est que je m’efforçais à faire croire, mais je ne pus empêcher ce vil sourire de s’esquisser sur mon visage. Je baissais la tête, tentant de le masquer, tandis que le jeune homme s’éloignait, dédaigneux. Je l’observais, prenant un air sérieux, constatant la situation. Sans doute était-il plus jeune, mais son expression, elle, témoignait d’une expérience bien plus importante. Un passé incertain, sans nul doute. Peut importe. D’une démarche équivoque, en passant par des goûts vestimentaires plus que douteux, jusqu’à la moindre de ses mimiques. Tout chez lui représentait une réelle information, bonne à prendre. Cela suffisait amplement.
Je fis volte-face, m’abaissant au niveau des deux enfants. Tendant l’objet de leurs désirs, l’un deux l’empoigna fermement. Leurs prunelles sondaient mon esprit. Ébouriffant leur chevelure, je leur dédiais mon plus beau sourire, certainement le plus sincère. Ils comprirent immédiatement. La récréation était finie. Ils s’en allaient gaiement, me remerciant.

Je me tournais, fixant le banc où s’était installé le jeune blond. Mon regard fut attiré par la présence d’un objet inhabituel en ce lieu à l’atmosphère épurée. Un paquet de clopes, presque neuf. Aussitôt, je me réjouissais de pouvoir en deviner l’heureux possesseur, qui n’allait surement pas tarder à revenir le récupérer de droit. Un léger rictus s’échappa de mes lèvres. Je m’affalais sur l’édifice en bois, passant une jambe au-dessus de sa jumelle. Mes bras s’étalèrent le long du dossier. Je fis glisser mon bandeau, abandonnant mes cheveux au vent, avant de le poser, proche. Je portais mon casque aux oreilles, tonalité au minimum. J’ouvrais la marchandise tant convoitée, constatant le manque de plusieurs de ses précieuses pièces. J’estimais les restes, patient. Je fermais les yeux afin de percevoir les ondes produites par la musique.


________________________

「 BEYOND MONDAY 」 – exploding heads with bass sounds
Revenir en haut Aller en bas
Eliott Faith
avatar
I could be your girl, girl, girl
But would you love me? ♥

about me
Masculin
✗ INSCRIPTION : 24/06/2011
✗ DATE DE NAISSANCE : 25/03/1994
✗ ÂGE : 23
✗ MESSAGES : 265
✗ HUMEUR : Euphorique
✗ EMPLOI : Escorte-boy
✗ GANG : Dust Pirates

MessageSujet: Re: Somewhere nice we can be alone   Lun 11 Juil - 20:11
07:36 am *F•••K !* Oui, je fulminais. J'avais laissé mes cigarettes sur le banc ce qui signifiait que je devais retourner les chercher et voir ce gamin. Je n'allais quand même pas lui abandonner un paquet à peine entamé! Je comptais dans ma tête... Une avant de rentrer dans le bar, une autre après avoir terminé, lorsqu'il ronflait comme un porc, une encore sur le trajet et une dernière ce matin. Il en restait six dans le paquet. Hop! Demi-tour, tout de suite! Je ne voulais pas paraître trop pressé, je décidais d'adopter une démarche lente. Je réfléchissais en même temps à ce que j'avais fais à ce jeune homme. Il ne faisait qu'amuser les enfants qui était avec lui et je l'avais rembarré sèchement. Je ne lui avait même pas laissé le temps de s'expliquer. La surprise avait été trop grande et avait pris le pas sur la raison. Je m'en voulais maintenant, j'aurais du attendre ses explications au lieu de me mettre tout de suite en colère. Il était assis sur le banc, mon paquet de cigarettes entre ses mains et un casque sur les oreilles. Je me mordis la lèvre. La dernière chose que j'avais envie de faire ce matin c'était bien présenter des excuses à un inconnu... Mais mes clopes à peines achetées avaient plus d'importance que le reste. Je me postais devant lui, sans savoir s'il avait conscience de ma présence.
    « Heum... Excuse-moi mais tu n'aurais pas trouvé un paquet de cigarettes? Je viens de le perdre et je suis sûr de l'avoir laissé ici lorsque je suis parti... »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Logan V. Rockafeller
avatar
THE BORE KILLS THE BOREAS ϟ

about me
Masculin
✗ INSCRIPTION : 11/11/2010
✗ MESSAGES : 946
✗ CITATION : « Les notes dansaient en rythme sur un air électro. Acide. Pulsions électriques. Une étincelle, harmonie démentielle. »
✗ EMPLOI : Serveur & chef suprême d'Uroboros à ses heures perdues
✗ GANG : Uroboros

MessageSujet: Re: Somewhere nice we can be alone   Lun 29 Aoû - 6:27
Tout seul dans l'arène, je suis le roi des ombres.

Les notes dansaient en rythme sur un air électro. Leurs pas, légers et graciles, animés de pulsions électriques. Une étincelle, harmonie démentielle. Ta flamme étrange, attisée par l’envie. Ce rire muet qui résonne en ton sein. Sourire malsain, rongeant ton être. Énigmatique. « Bravant la mer si profonde. Goûtant le sel et l'amertume », tu n’es qu’un fou parmi les tiens. Un roi parmi les ombres. Tes yeux clos, comme pour percevoir l’euphorie des ondes. Who are you. The Bloody Beetroots. Un talent né d’une union parfaite, inné, sous un masque venom. Une once d’enjouement. Le temps reprenait finalement son cours, il t’abandonne. Tu étais là, sur cet édifice en bois, l’air serein. Zéphir domptant ta chevelure auburn. Entre tes mains, l’artefact provoquant l’hécatombe au sein du peuple. Déficiences. Maladies. Tu étais là, à attendre, le retour imminent de son bien heureux propriétaire. Une créature d’un genre peu commun. Décidément, tu jouissais de cette pensée. La présence de nombreux spécimens rares au sein de la métropole australienne. Un genre unique, ayant au moins le mérite que l’on s’y intéresse de près. Tout en ce blond suscitait ce ressentiment qui vous attire tel un aimant. Un soupir. Reviens donc, jeune hirondelle.

Finalement, une ombre se présentait à toi. Le voilà donc. Tu savais qu’il ne tarderait pas. Mais… ce n’était malheureusement pas pour toi qu’il s’en était retourné, n’est-ce pas. Ton unique œil, faisant de nouveau face à l’irritante lumière du jour. Ta pupille s’en amusait. Tu sondais une nouvelle fois cet individu de tes prunelles verdâtres, satisfait. Sourire en coin. Il s’adressait à toi. Ses paroles te laissaient encore cette impression de crispation qui semblait le bloquer. Intimidé ? J’en doute. Son « paquet de cigarettes » ? Allons, il devait bien voir que ses précieuses étaient en ta possession. Mais cette situation te sied. Ton regard parcourant de nouveau le jeune homme sous tous ses angles, alors que tu t’apprêtais à lui rendre sa marchandise. Une action. Un mouvement stoppé. Une Illumination. Très bien, les lui remettre en mains propres comme il se doit, voilà ta bonne action. Ce jeune homme fera donc l’objet de l’une de tes expérimentations en ce jour. Et. L’ouverture céda. Tu coinçais entre tes lèvres, l’une des pièces de son contenant, feintant sa consommation, sous le regard éberlué du blondinet, un chouïa énervé. Un ricanement s’échappa de celles-ci devant cette vision pour le moins hilarante. Ainsi tu te redressais sur tes membres, pour finalement lui faire face, dominant de quelques centimètres, ce solitaire endurci.
    « Allons, ne fais pas cette tête. » tu riais aux éclats.
Surprise. Le rouquin ne fume pas. Mais son expression n’en était pas moins amusante. Retirant son bien, quelques pas te suffire pour l’approcher au plus près. Tu pouvais ainsi sentir son souffle, étonnamment régulier. Une lueur t’animait. Tu ne pouvais y renoncer. Une idée. Tes doigts de fées vinrent apporter jusqu’à lui, ce qu’il désirait présentement. Après tout, si son envie n’était pas, il ne se serait sans doute pas rendu compte de sa terrible erreur. Du moins, pas si soudainement. Lui collant au bec, ta main vint immédiatement se balader, jusqu’au fin fond de l’une des poches de son jean, choisie purement au hasard. Victoire, ou coup de bol. Un briquet s’y trouvait, t’épargnant ainsi, la fouille de sa jumelle opposée. Tu en ressortais l’objet, lentement, surement. Profitant de l’instant pour y déposer le pavé à moitié vide, avant d’embraser l’extrémité de son fin rouleau de tabac. Tu ne recules pas, contemplant la nouvelle expression se dessinant sur son visage efféminé. Étais-tu pardonné ? Quand bien même tu ne l'étais pas, satisfait tu seras.

________________________

「 BEYOND MONDAY 」 – exploding heads with bass sounds
Revenir en haut Aller en bas
Eliott Faith
avatar
I could be your girl, girl, girl
But would you love me? ♥

about me
Masculin
✗ INSCRIPTION : 24/06/2011
✗ DATE DE NAISSANCE : 25/03/1994
✗ ÂGE : 23
✗ MESSAGES : 265
✗ HUMEUR : Euphorique
✗ EMPLOI : Escorte-boy
✗ GANG : Dust Pirates

MessageSujet: Re: Somewhere nice we can be alone   Jeu 1 Sep - 0:51
Je danse et sous tes mains je suis une marionnette.

Tout se passa rapidement. Comme dans un rêve. Comme dans ce rêve... Ce rêve que je fais chaque nuit. Ce rêve où je le revois, où je peux le touche, où il est encore vivant. Douce illusion de Morphée qui chaque nuit me paît et me séduit.
    « Allons, ne fais pas cette tête. »
Ces mots résonnaient encore et toujours dans ma tête. Progressivement l'écho s'éteignit, et les hurlements devinrent murmures. Je n'avais pas saisis ce qui s'était passé. Tout s'étant déroulé très rapidement et je n'avais rien pu prévoir. Il était là, tout près de moi. Je pouvais respirer son odeur, sentir son souffle et entendre son cœur. À moins que ce ne fusse le mien... J'étais perdu. Une de mes cigarettes se trouvait présentement dans ma bouche et se consumait lentement, le papier se calcinant et se recroquevillant petit à petit. J'étais là sans savoir quoi faire. Tout dans ses gestes me faisait penser à lui. L'ombre du passé flottait là, telle un voile que soulève la mariée.

J'aspirai. Immédiatement, le processus de combustion s'accéléra. Je dévisageai le rouquin qui se tenait face à moi, l'air moqueur. Décidément, tout chez cet étranger me faisait penser à Lui. Je n'avais pas la force de lutter. Je ne l'avais plus depuis des années. Je le contournai et m'assis sur le banc où il se trouvait auparavant, où je me trouvait auparavant, où nous nous trouvions auparavant. Je ne trouvai rien à lui dire, son audace ayant eu raison de moi. Je le regardai et devant moi dansaient les souvenirs de jours meilleurs. Finalement, j'écrasai ma cigarette.
    « Pourquoi ? »
Et ce fut tout. Les seuls qui avaient réussi à sortir de mes entrailles. Les seuls mots qui avaient gravi avec force et lenteur les parois de ma gorge avant de prendre vie dans ma bouche. Ils avaient lutté contre moi, et avaient fini par gagner. Je le regardai pour la première fois. En face droit dans les yeux. Incapable de dire autre chose, je répétai
    « Pourquoi ? »
Et ce fut tout.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Logan V. Rockafeller
avatar
THE BORE KILLS THE BOREAS ϟ

about me
Masculin
✗ INSCRIPTION : 11/11/2010
✗ MESSAGES : 946
✗ CITATION : « Les notes dansaient en rythme sur un air électro. Acide. Pulsions électriques. Une étincelle, harmonie démentielle. »
✗ EMPLOI : Serveur & chef suprême d'Uroboros à ses heures perdues
✗ GANG : Uroboros

MessageSujet: Re: Somewhere nice we can be alone   Ven 2 Sep - 3:28
Tout seul dans l'arène, maître de l'hécatombe.

Désemparé. Terrifié. Tu ne pouvais réellement te partager. Lequel de ses mots pouvaient qualifier au mieux, l’expression qu’arborait son visage aux attraits féminins en ce moment précis. Touché. Lentement, celui-ci se voyait décomposer de ses cellules, se redessinant sous les traits d’un jeune homme sans défense. Son teint était pâle. Son regard était vide. Égaré. Cette provocation n’était donc pas sans effet sur ce garçon. Enfant fragile. Sans doute était-il sous l’emprise d’un souvenir semblable. Cerné. Lourdement enchaîné, son passé semblait le rattraper plus vite qu’il ne l’aurait pensé. Son regard, partagé entre détresse et bonheur. Son corps était une marionnette, dont tu contrôlais les ficelles à l’aide de tes paroles. Tes déductions s’étaient donc avérées vraies.

Soudain, sa flamme s’animait de nouveau, faiblement. La braise incandescente se teintait d’un rouge écarlate. Les cendres et les fumées virevoltaient, Zéphir les faisant danser sur sa brise légère. Son regard te toisait, ses yeux étaient vitreux. En un instant, le blond s’était retrouvé derrière toi. Titubant, tremblotant, avant de se laisser tomber sur l’édifice en bois à côté duquel vous vous étiez rencontré, presque affaibli. Inconsciemment tu avais esquissé, l’ébauche d’un réflexe, comme pour le rattraper. Amusant. Vraiment. Tu retirais ton casque, les notes électriques laissant place à cette ambiance pesante. Tu le laissais pendre à ton cou, mais il te chuchotait encore quelques bribes. Tu restais muet. Tu lui tournais le dos. Le soleil continuant son ascension osait te défier, brulant ta peau, aveuglant ton œil. L’ombre des arbres et des bâtisses alentour s’agitaient, tentant par moulte effort de t’effrayer. Mais toi. Oui, toi, tu les aimais, ses ombres. Tu appréciais leur présence. Tu aimais cette obscurité, cet air frais qui te pénétrait, cette atmosphère déchaînée. Tu en étais joyeux. La métropole commençait à s’animer sous les rayons.

Sa voix chevrotait, il s’exprimait. Tu n’aurais su dire si sa question était oratoire ou s’il en attendait une réponse de ta part. Certaines n’en avaient simplement pas. Pourquoi. Oui, pourquoi. Cette question revenait souvent dans notre bouche, mais elle restait souvent inexpliquée. Mais ce qui t’avais marqué, c’est avec quelle conviction il avait précédemment écrasé sa clope, à peine entamée. Tu en étais offusqué. Quel gâchis, alors qu’il venait de les retrouver. Cette idée ne te froissa pas plus longtemps. Tu reprenais ton sérieux, te laissant tomber à ses côtés. Tu sondais son esprit, à la recherche d’un moindre indice pouvant te venir en aide. Tu étais à la fois enjoué et concerné par la situation. Finalement, tu fixais un point invisible, prenant ton aise en étalant ton bras gauche derrière lui. Tu lui murmurais. « À quel genre de réponse t’attends-tu, exactement. » avant de lui sourire et de te relever, récupérant par la même occasion ton bandeau. Presque apitoyé. Qu'il ait entendu ou pas, tu t'en foutais.
    « Aaah. Je m’attendais à tout autre chose. » tu soupirais, déçu, passant une main derrière ton crâne, secouant ta chevelure.
Tu lui tournais le dos. Encore. Et, tu soulevais ta tignasse rousse, utilisant ce bout de tissu noir pour la maintenir. Du coin de l’œil, tu l’observais, sourire en coin. Qu’espérais-tu ? Que voulais-tu exactement de ce jeune homme ? Que cherchais-tu à faire ? Lui faire reprendre ses esprits, sans doute. Tu effleurais de tes doigts, cette étoffe qui masquait la vision de ton œil droit. Satisfait tu étais.

________________________

「 BEYOND MONDAY 」 – exploding heads with bass sounds
Revenir en haut Aller en bas
Eliott Faith
avatar
I could be your girl, girl, girl
But would you love me? ♥

about me
Masculin
✗ INSCRIPTION : 24/06/2011
✗ DATE DE NAISSANCE : 25/03/1994
✗ ÂGE : 23
✗ MESSAGES : 265
✗ HUMEUR : Euphorique
✗ EMPLOI : Escorte-boy
✗ GANG : Dust Pirates

MessageSujet: Re: Somewhere nice we can be alone   Dim 4 Sep - 22:34
    « Aaah. Je m’attendais à tout autre chose. »
Et il passait son bras derrière moi. Ce fut un électrochoc. Ce geste, aussi simple et futile qu'il était me réveilla de ma torpeur. Il se leva, me tournant le dos. Pourtant je pouvais sentir son œil me scruter, analysant le moindre de mes mouvements. Je me redressai sur le banc, relevai la tête et le regardai.
    « À quoi t'attendais-tu exactement ? »
Il était entré cinq minutes auparavant dans ma vie et il avait déjà chamboulé certaines choses. Il m'avait fait pensé à LUI. Mais que voulait-il exactement ? Dans ses mains j'avais l'impression d'être une marionnette. Une marionnette stupide qui danse et ne peux rien faire d'autre. Je me levai, le contournai et vins me planter devant lui, le regardant fixement. Désireux de savoir, je reposai ma question.
    « Dis-moi à quoi tu t'attendais exactement, j'aimerais comprendre... Tu arrives comme ça et tu te comporte comme si tu me connaissais, pourquoi ? Qu'attends-tu de moi ? »
Question sincère. Je ne savais pas quoi faire. J'étais coincé. Oui, coincé était bien le mot qui correspondait à la situation. D'un côté ce garçon m'intriguait et de l'autre me repoussait. Il m'attirait par son audace mais cette dernière me repoussait également. Il était le jour et la nuit tandis que moi je ne suis que nuit. Je m'approchait de lui. J'étais tout prêt. J'aurais pu le toucher si j'avais voulu mais son audace m'empêchait de le faire. Je le regardai, le dévisageai, le découvrais.
    « Dis-moi, je veux te comprendre... »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Logan V. Rockafeller
avatar
THE BORE KILLS THE BOREAS ϟ

about me
Masculin
✗ INSCRIPTION : 11/11/2010
✗ MESSAGES : 946
✗ CITATION : « Les notes dansaient en rythme sur un air électro. Acide. Pulsions électriques. Une étincelle, harmonie démentielle. »
✗ EMPLOI : Serveur & chef suprême d'Uroboros à ses heures perdues
✗ GANG : Uroboros

MessageSujet: Re: Somewhere nice we can be alone   Mar 6 Sep - 5:20
Si ton cœur pulse les secondes.

Une lueur nostalgique brillait dans son regard. Voilà, on n’y était enfin. C’est vrai Logan, à quoi t’attendais-tu en t’en prenant à ce blondinet comme si ce n’était pas la première fois que tu lui parlais. Eh bien, en voilà une question. Après tout, à peine plus de cinq minutes s’étaient écoulées depuis votre accrochage. Alors, pourquoi. Dans la seconde, il se retrouvait de nouveau face à toi, te fixant de ses prunelles d’argent. Insistant. Désireux. Un regard profond, dans lequel on s’y perdrait forcément. Intéressant. Tu t’y aventurais, pendant un instant. Rien qu’un instant. Ses lèvres laissaient s’échapper une nouvelle interrogation, bien plus complexe. Tu souriais, encore et encore. Cette question te semblait pertinente et certainement bienvenue à tes yeux. Elle résonnait dans ta tête, comme pour chercher à l’élucider. Mais. Tu en connaissais la réponse depuis déjà bien longtemps. Tu te refusais à lui offrir cette satisfaction si rapidement. Ah. Personne en cette ville ne t’était inconnu. Un simple regard te suffisait à comprendre certaines choses, ce pauvre garçon en était l’exemple parfait et c’est simplement pour cette raison, que tu te permettais un tel affront.

Tu avais beau avoir perdu l’usage d’un œil, tu n’en étais pas aveugle. Presque aucun détail ne t’échappait, quand tu prenais le temps de sonder ton interlocuteur. Une énième énigme t’était posée. Te comprendre, voilà donc ce qu’il cherchait. Tu ignorais si poser autant de questions étaient dans ses habitudes, mais pourquoi pas. Son regard te transperçait, il te sondait. Tu riais. Ton bras se posa sur son épaule, tu t’approchais de son visage, encore. Le fixant droit dans les yeux. Finalement, tu en ignorais ses premières interrogations.
    « Oh, tu sais. Tu n’es pas le premier à t'y essayer. »
Te comprendre était loin d'être chose facile. C’était assez marrant, en y repensant. Cette réponse peu explicite t’avais arraché un autre de tes sourires. Ton regard fut attiré par la boucle qui ornait son lobe gauche et tu te permettais encore, de toucher ce garçon, effleurant de tes doigts ce bijou d’argent. Toujours posé sur sa frêle épaule, elle semblait pouvoir se briser à tout instant. Lui dédiant ton rictus le plus sincère, tu t'approchais plus près encore, pour lui susurrer.
    « Mais. Es-tu réellement certain de le vouloir ? » après tout, il était encore loin du compte. Tu ne voulais quitter des yeux ce petit accessoire, l’examinant dans toutes ses formes.
L’agitation quotidienne s'en venait comme à l'habitude. On pouvait apercevoir du coin de l’œil, les allez-venues de nombreux habitants qui venaient faire une balade sur les rives du lac.

________________________

「 BEYOND MONDAY 」 – exploding heads with bass sounds


Dernière édition par Logan V. Rockafeller le Mer 7 Sep - 1:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eliott Faith
avatar
I could be your girl, girl, girl
But would you love me? ♥

about me
Masculin
✗ INSCRIPTION : 24/06/2011
✗ DATE DE NAISSANCE : 25/03/1994
✗ ÂGE : 23
✗ MESSAGES : 265
✗ HUMEUR : Euphorique
✗ EMPLOI : Escorte-boy
✗ GANG : Dust Pirates

MessageSujet: Re: Somewhere nice we can be alone   Mer 7 Sep - 0:54
Il se dérobait pour mieux revenir, tel un serpent. C'était l'effet qu'il me faisait. Il ne répondait pas à mes interrogations, se contentant simplement de les esquiver par d'autres. Que voulait-il ? Que cherchait-il ? Je voulais vraiment savoir ce que ce garçon pouvait bien faire à m'asticoter comme ça. Et puis, il se posa sur moi. Littéralement. Son bras vint se poser sur mon épaule et sa main sembla hésiter. Puis il trouva ma boucle d'oreille. Il semblait se détacher de tout pour ne s'arrêter que sur certains détails, comme sur une tarte aux fraises où ce qui importe est juste le fruit au centre. J'enveloppai sa main de la mienne, de sorte qu'il puisse garder le bijou dans la sienne.
    « En effet, je suis certain de le vouloir. Mais me donneras-tu pour autant des réponses ou continueras-tu d'esquiver ces dernières ? »
Je le fixai comme on fixe les personnes pour qu'elles se sentent observées et nous regarde. C'était peine perdu, et je le savais. Il menait la danse et je n'étais que le suiveur. Je le faisais lâcher ma boucle, la détachai et lui donnai ;
    « Puisque cet objet semble tant t'intriguer, je te le donne à la condition que tu me laisses te comprendre... Je ne veux pas te connaître par cœur, juste savoir pourquoi tu agis de cette sorte. Je n'attache pas d'importance aux objets, et quelque chose me dit que tu t'aligne sur cette pensée, toutefois, si tu me réponds, cet objet prendra un sens tout particulier pour toi... Alors, es-tu d'accord ? »
Je ne savais pas ce que je faisais. Je ne savais même pas pourquoi je lui tendais mon bijou. Rien ne me disait qu'il allait l'accepter, et la situation était plutôt ridicule, pourtant je plaçais dans cette boucle, les mêmes espoirs que placent un enfant de huit ans lorsqu'il découvre un coquillage étrange. C'était absurde.
Revenir en haut Aller en bas
Logan V. Rockafeller
avatar
THE BORE KILLS THE BOREAS ϟ

about me
Masculin
✗ INSCRIPTION : 11/11/2010
✗ MESSAGES : 946
✗ CITATION : « Les notes dansaient en rythme sur un air électro. Acide. Pulsions électriques. Une étincelle, harmonie démentielle. »
✗ EMPLOI : Serveur & chef suprême d'Uroboros à ses heures perdues
✗ GANG : Uroboros

MessageSujet: Re: Somewhere nice we can be alone   Dim 16 Oct - 8:01
A dream within a dream.

L’exquise chaleur de sa main tenant fermement la tienne faisait naître en toi, un désir. Un frisson. Rien qui ne soit pas de la pure provocation. Loin de toi l’idée de pêcher avec ce jeune homme. Cet artefact métallique que tu tenais au creux de ta main allait donc acquérir une certaine symbolique si tu te décidais finalement à ne plus fuir ses questions. Intéressant. Ce garçon faisait preuve d’une certaine perspicacité, sachant pertinemment qu’il n’était qu’un simple pantin ignorant à tes yeux. Tu en maniais les ficelles comme personne. Rien ne t’obligeait à fournir une réponse à ses nombreuses interrogations. Pour peu qu’il y en ait une, même toi tu ne serais apte à pouvoir résoudre toutes ses énigmes. Tu avais tous les droits et toutes les pièces du puzzle en main. Les plaçant à ta guise, tu pouvais aisément lui mentir, l’imprégner d’une quelconque bêtise qui ne serait que pure facétie. Un assemblage de conneries de ta propre création. Quel était vraiment son but. Ton regard se plongeait de nouveau dans le sien, mais tu ne voyais dans ses profondeurs, que la naïveté de ses paroles.

Empreint d’un certain plaisir, tu n’avais que faire de cette boucle, mais elle te donnait une certaine impression de domination sur le blondinet. Il te léguait cet objet, tel une offrande au culte de son dieu. Tu retirais finalement ton bras avant de contempler la chose, l’interposant entre ton œil et les rayons solaires. Telle une éclipse. Souriant, tu étais comme un enfant. Un rien était en mesure de te divertir. Repartant en direction du banc sur lequel avait eu lieu cette rencontre fortuite, tu prenais place, comme pour conter un long récit. Tu allais finalement dévoiler l’une des facettes de ta personnalité. Palpant longuement la boucle d’argent, tu l’examinais. Dans une impulsion presque mécanique tes mains cherchaient le contacte de tes poches afin de la mettre en sécurité, tout en gardant cette étreinte. Tu écoutais de nouveau les bribes qui s’échappaient de ton casque.
    « Sais-tu ce que représente l’emblème d’Uroboros ? »
Il ne pouvait ignorer cette question, ni même ignorer ce qu’était le nom d’Uroboros. Au fond de toi, tu savais qu’il n’était pas qu’un simple sydneysider vivant sous le joug du quotidien. S’il n’était pas de tes rangs, il appartenait très certainement à ceux de Cindy. Même s’il n’en portait pas le moindre signe, tu t’octroyais une grande confiance, tes yeux ne t’ayant jamais trompés jusqu’à maintenant. Tu te foutais qu’il soit un adversaire, tout homme représentait une proie à tes yeux. Sans lui laisser le temps de répondre, tu enchaînais.
    « Un cycle éternel, déchiré entre une fin improbable et le recommencement. » après tout, rien de cela n'avait été inventé.
Touchant de tes doigts, l’étoffe masquant ce stigmate ornant ton visage, tu visualisais ce serpent se dérobant en son revers.

________________________

「 BEYOND MONDAY 」 – exploding heads with bass sounds


Dernière édition par Logan V. Rockafeller le Mar 25 Oct - 1:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eliott Faith
avatar
I could be your girl, girl, girl
But would you love me? ♥

about me
Masculin
✗ INSCRIPTION : 24/06/2011
✗ DATE DE NAISSANCE : 25/03/1994
✗ ÂGE : 23
✗ MESSAGES : 265
✗ HUMEUR : Euphorique
✗ EMPLOI : Escorte-boy
✗ GANG : Dust Pirates

MessageSujet: Re: Somewhere nice we can be alone   Mar 25 Oct - 0:40
J'étais de nouveau seul. Malgré mon offre, il me fuyait encore. Pourtant, son regard s'était illuminé. Quelque chose y était né avant de s'envoler. Il s'éloignait de moi, alla vers le banc et s'assit. Il me regardait, m'observait, me jugeait tout en jouant avec l'objet précieux. Je le vis disparaître dans sa poche. Était-ce un signe ? Et puis la réalité revint, brutale. Même dans les actions les plus anodines de la vie quotidienne, tout était ramené à la guerre qui opposaient Uroboros et Dust Pirates. Un détail. Il toucha le bandeau qui lui couvrait l'œil. Je savais qui il était et l'inverse devait également être vrai. Je m'approchai. Quelque chose s'était allumé en moi. Je le sentais. La distance nous séparant s'amenuisa jusqu'à entièrement disparaître. Je lui faisais fasse. Je me penchai vers lui.
    « Ce symbole ne m'est pas inconnu, tout comme la guerre qui fait rage entre ce gang et celui des Dust Pirates. »
Je m'assis sur lui. Je lui faisais face. Mon regard était toujours plongé dans le sien. Je dégageai sa main de son bandeau lui enlevait avant de le regarder. Un serpent se mordant la queue. J'avais touché juste.
    « Je suis jeune mais pas stupide. Je sais qui tu es chef d'Uroboros et écoute ce que j'ai à te dire. Tu l'auras sûrement deviné, je fais partie des Dust Pirates. Toutefois, la guerre qui vous oppose toi et l'autre ne m'intéresse pas. Je veux simplement te comprendre. »

FF7F50
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


about me

MessageSujet: Re: Somewhere nice we can be alone   
Revenir en haut Aller en bas
 

Somewhere nice we can be alone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Leurs chiens meurent pendant la traversée Nice-Calvi
» Scott 17 mois croisé teckel/papillon (06) Nice
» Bérénice - Faris
» Voir Nice Sous la Pluie
» Paris-Nice (PT) >>> Avant mardi 16h00
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BANGBANGBABY • Three Bee. :: Lac-
Sauter vers: