AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Bienvenue !
BANGBANGBABY, alias Three Bee est un forum RPG qui n'a pas de contexte. Nous ne vous imposons que deux choses : un lieu et des intrigues. Ces mystères sont mis en place pour pimenter vos RP de sortes à ce que ceux-ci ne soient pas toujours monotones ! Il peut également servir d'entraînement pour les personnes qui se lancent dans l'univers du RPG. Il n'y a pas de "niveau" de RP pour pouvoir s'inscrire sur le forum, tout ce que nous vous demandons c'est 10 lignes par RP. Le but est de s'amuser et de se détendre !
Le staff de BBB !
CINDY T. ANDERSON
Administrateur
Voir le profil
LOGAN V. ROCKAFELLER
Administrateur
Voir le profil
ALHEÏRI S. FENYANG
Administrateur
Voir le profil
AMAÉLIA DESTINY
Modérateur
Voir le profil
Passez votre curseur sur les images !
Nouveautés !
12/11 : JOYEUX ANNIVERSAIRE BANGBANGBABY ! ♥

Nouveau design ! Commentez ici
Mise en place des $AU (Dollars Australiens), soit la monnaie du forum sous peu. Nous avons déjà commencé et bientôt, celle-ci sera pleinement intégrée au forum! ;)


Partagez | 
 

 Promenons nous dans ses Bras... {PV}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Dimitri L. O'Sullivan
avatar

about me
Féminin
✗ INSCRIPTION : 21/12/2010
✗ DATE DE NAISSANCE : 25/04/1992
✗ ÂGE : 25
✗ MESSAGES : 161
✗ CITATION : « bref. Va clasher ma grand mère pour un niveau équitable. »
✗ HUMEUR : Nobody knows.
✗ EMPLOI : Hôte & Doberman de Logan.
✗ GANG : Uroboros

MessageSujet: Promenons nous dans ses Bras... {PV}   Mer 12 Jan - 2:36
...Tant que Jessy n'y est pas.



    Danser, danser? Non, vraiment, ce n'est pas mon genre. Et pourtant je traine toujours là où les gens dansent. Position délicate, une belle blonde s'approche me tend sa main avec un visage angélique, air de chien battu plutôt, pour que je ne la laisse pas seule dans son délire peut-être Mauvaise pioche pour la jeune demoiselle, j'attendais Logan. Je me levais pour m'approcher assez de son visage. « Je préfère encore te déshabiller de suite plutôt que de devoir faire semblant de te rencontrer ». Son teint devint rouge en une seconde et j'esquivai la claque avec une certaine classe; Elle était un peu prévoyante celle-là. C'est avec un petit sourire de satisfaction que je partais vers d'autres chaises vides, laissant la demoiselle encore choquée de mes paroles. A croire que j'avais la gueule d'un mec facile... J'avançais vers le bar quand je vis une tignasse rousse. Un petit moment d'hésitation avant que je ne sois certain que ce fut bien mon ami. « Logan! J'attendais là bas depuis au moins... cinq minutes.  T'as pris quoi pour qu'on s'amuse cette fois? »

    Le jeune rouquin tourna la tête dans ma direction. Il était fidèle à lui même, naturel, plein de malice et d'un charme qui dépassait pourtant toujours le mien. J'étais souvent souriant en sa présence, j'adorais simplement sa présence. Il y avait un petit moment que nous n'avions pas fait de conneries ensemble. Sans savoir si j'en avais « besoin » ou si j'avais juste envie de me divertir, je l'avais appelé pour qu'il me rejoigne dans ce bar. Il était environ dix heure du soir et l'endroit c'était transformé en pseudo piste de danse. Je m'assis a coté de Logan pour discuter un moment. Le barman me proposa un verre mais l'alcool était le genre de boisson qui vous laissait un arrière gout un peu dégueulasse dans la bouche. A part le Jet 27. Cette boisson à la menthe était vraiment ma préférée et malgré que je ne buvais pas souvent d'alcool, je ne pouvais pas résister à celui-là « La musique me saoule. » murmurais-je en buvant mon mélange. « Viens on se casse, je vais taper quelqu'un sinon » continuais-je après avoir vu la jeune blonde revenir à la charge. Je poussais Logan vers la sortie du bar contre ou avec son gré sans prendre la peine de lui expliquer la raison.

    Mais malheureusement, les talons de la blondasse ne craquèrent pas et elle osa nous suivre dans l'allée du bar. La bouche ouverte, l'air idiot mais mignon elle voulait m'adresser de « tendres mots d'amour ». Cependant quelque chose l'arrêta, elle fixait Logan d'un air tout à fait effrayant. J'esquissais déjà un sourire narquois en direction de mon ami avant de présenter mes excuses à la demoiselle. « Je ne tiens pas facilement l'alcool et je m'emporte vite... Vraiment. Je m'excuse du plus profond du cœur » Le cœur de qui? J'avais envie d'exploser de rire en sortant ce genre d'âneries mais il fallait rester sérieux pour ce genre de mission. Elle ne m'accorda qu'un simple acquiescement de tête avant de retourner dans les yeux de Logan. Elle s'approcha de lui. Ou se colla à lui, dans tout les cas c'était très près. Je faisais des signes idiots dans son dos, tentant de cacher mon rire.
Revenir en haut Aller en bas
Logan V. Rockafeller
avatar
THE BORE KILLS THE BOREAS ϟ

about me
Masculin
✗ INSCRIPTION : 11/11/2010
✗ MESSAGES : 946
✗ CITATION : « Les notes dansaient en rythme sur un air électro. Acide. Pulsions électriques. Une étincelle, harmonie démentielle. »
✗ EMPLOI : Serveur & chef suprême d'Uroboros à ses heures perdues
✗ GANG : Uroboros

MessageSujet: Re: Promenons nous dans ses Bras... {PV}   Dim 16 Jan - 4:15
PROMENONS-NOUS DANS SES BRAS.
Tant que Jessy ... n'est pas là.

« Tic tac, tic tac... Un son bien monotone, une reproduction de l'ennui ayant fusionné avec le cycle du temps pour former cet artefact portant la hantise de tout être sur Terre. Un simple réveil, et pourtant. Son cri strident, presque assourdissant annonçant une nouvelle fois, l'éternelle ronde de nos astres. Une boucle infinie de naissances et de renaissances. Mais qu'importe, savourons et vivons à travers nos moments présents comme on le ferait avec un plat que l'on voudrait déguster chaque jour sans jamais s'en lasser. C'est ça la vie. »

09:00 PM. Putain de réveil. J'avais encore passé la journée non-stop au restaurant, sans prendre la moindre pause et ce n'était pas le peu de sommeil que j'avais récupéré durant ma sieste qui allait suffire à me remettre complètement sur pied. Ainsi soit-il, j'étais maintenant censé me préparer pour rejoindre Dimitri dans un bar dont le nom m'était encore flou au réveil, mais voilà que ma flemme me poussait littéralement à rester enfoui au fond mon cocon. Merde, rien qu'un élan quoi, mais non. Une feinte, un mouvement de tête assez brusque, mais rien. Fixant désespérément un mur qui se riait sans doute de moi. Saleté. Allez, cette fois-ci c'est pour de bon : un, deux et trois ! Mes bras m'accompagnèrent dans un mouvement de solidarité, me voilà maintenant debout. Me dirigeant vers la salle de bains d’un pas vacillant entre les allées d’un bordel qui avait emplit la pièce la veille, seule une douche bien froide pouvait remédier à cette fatigue inopinée. Moment de réconfort. Rafraichissant en cette période de l'année.

Rideaux toujours clos, dans un silence des plus étouffant, un coup de brosse par-ci par là aura suffit à dompter ma tignasse rousse encore humide. Mon œil droit indéniablement fermé, je remis mon cache par-dessus ainsi que mon bandeau. Rapidement, je me vêtis des vêtements qui me venaient sous la main. Pantalon, chemise blanche, blouson en cuir, écharpe. Tout simplement. 09:28 PM. À cette heure-ci, seules personnes trainant dehors avaient sans doute l'esprit perverti par l’ambiance de fête, empestant l'alcool et obsédé par une nuit torride avec un partenaire trouvé sur le vif dans une boîte de nuit. Ou du moins pour la plupart, c'était certain. Après tout, il m'arrivait aussi de faire des heures supp' en soirée. Je ne suis qu'un observateur, rien de plus. Faisant face à un miroir ne reflétant que l’ombre de moi-même, dans l’obscurité omniprésente de cette gigantesque pièce, je m’examinais de bas en haut. Fin prêt à faire le premier pas dehors... Fin prêt à respirer cet air frais, épuré de liberté.

Errant tranquillement dans les sombres ruelles « presque vides » de la capitale en ces heures tardives, je souriais. Je pensais déjà à ce que l'on pourrait faire une fois ensemble. J'aime sortir la nuit, cela me permettait de décompresser un peu. Tout en vagabondant, j’observais l'immensité stellaire, toujours aussi magnifique et débordant de ses larmes luisantes. Sidéral et apaisant. Il s’agissait de l’unique moment où je pouvais être seul hors de chez moi, sans personne pour venir m’emmerder. Malgré la fatigue, je ne pouvais m'empêcher de penser à cette soirée que j'allais passer en compagnie de mon... « frère ». J'étais encore dans les temps, je ne me pressais pas. Mais après vingt minutes j'étais finalement arrivé aux portes de mon rendez-vous. J'entrais, discrètement. Personne ne semblait m'avoir remarqué. Du moins c'est ce que je pensais. Je sentais déjà posé sur moi, le regard des demoiselles qui s'étaient installées à une table, légèrement en retrait. Mais je n'y faisais pas attention, elles ne m'intéressaient pas. Du moins, pas pour le moment. Pas même le rouquin qui était assis à quatre ou cinq chaises plus loin ne semblait m'avoir vu. Non, je l'avais déjà reconnu, mais faisant mine de ne pas l'avoir remarqué, je m'assis face au barman. Je n'avais pas pris le temps de commander un verre, j'attendais. J'attendais tout en observant d'un œil les quelques personnes danser sur la piste qui était installée en plein milieu de la salle. Ma patience fut rapidement récompensée, une voix m'interpella. « Logan ! J'attendais là bas depuis au moins... cinq minutes. T'as pris quoi pour qu'on s'amuse cette fois ? » Évidemment celle de mon soit-disant rendez-vous. Je tournais donc la tête en direction du roux.
    « J'ai bossé toute la journée, tu sais. » Entame donc le bal pour une fois, mon cher Loïc. J'esquissais un sourire discret, qu'il avait sans doute compris à l'instant même. « Fais moi rêver. » pensais-je.
10:01 PM. Toujours rien en vue, la soirée commençait plutôt mal. Peut-être que nous n'avions pas envie de chercher de nous-mêmes. Après tout, c'est toujours plus amusant quand les ennuis viennent d'eux-même à notre rencontre. Ironique. Oui, nous étions le genre de personnes à chercher les emmerdes plutôt que de les fuir. Et justement, ils ne tardaient pas à débarquer pour animer un peu cette soirée. Enfin. Voilà qu'une jeune blonde nous fixait, se dirigeant vers nous d'un pas assez rapide. Ou plutôt, vers Loïc ? Ses talons fracassaient le sol. On ressentait déjà sa colère au loin. « La musique me saoule. Viens on se casse, je vais taper quelqu'un sinon. » Vu son regard, j'avais effectivement tapé dans le mille. Il n'avait pas vraiment besoin de s'expliquer sur le coup. Qu'avait-il encore fait pour s'attirer les foudres d'une belle demoiselle. Enfin, peu importe. Tandis qu'il me poussait en direction de la sortie, je saluais le barman, qui paraissait plutôt blasé.

Je n'étais pas tellement surpris de voir que la jeune femme ne nous avait pas perdu de vue, quitte à nous suivre jusqu'au bout. Elle ne semblait pas vouloir lâcher le morceau. En la regardant bien, elle n'était pas si mal. J'eus à peine le temps de faire le tour de son physique. De beaux yeux bleus, le stéréotype parfait de la femme fatale en somme. Elle nous avait maintenant rattrapé, mais au moment où elle voulait jurer ses quatre vérités, elle stoppa net. Figée, ses yeux fixement posés sur moi. Au même moment, j'avais croisé le regard de Dimitri, qui souriait déjà d'avance. Ne dis rien, je vois déjà clair dans ton petit jeu. « Je ne tiens pas facilement l'alcool et je m'emporte vite... Vraiment. Je m'excuse du plus profond du cœur. » Mais elle ne décrocha son regard qu'une seule seconde, acquiesçant les fausses excuses de mon ami sans vraiment avoir pris le temps de les écouter. À cet instant, on savait déjà que c'était dans la poche. Minable. Elle ne s'était pas faite prier pour me sauter dessus sans se demander si j'étais libre ou pas. Elle n'eut sans doute pas le temps de comprendre que je l'avais violemment plaquée contre le mur. Approchant mon visage du sien, feintant un baisé qu'elle n'espérait que trop, pour finalement chuchoter au creux de son oreille.
    « Ton corps m'appartient. C'est ce que tu désires, non ? »
J'affichais un sourire moqueur, passant ma main sur sa cuisse et remontant doucement le long de sa robe. Je faisais face au genre de femme qui ne désire pas qu'un homme. Qui ne peuvent s'empêcher de tous les avoir au baise-main. Qui couche avec sans même connaître leur nom. Soit. Si c'est ce qu'elle désirait, je lui donnerais ce qu'elle veut. Non, je voulais juste lui faire peur, rien de plus. J'aurais plus tendance à les humilier, leur faire comprendre qu'un homme n'est pas un simple sex toy que l'on prend pour le jeter une fois utilisé. Ce qu'elle ne tarda pas à comprendre. Une fois libérée de son entrave, elle tenta de me gifler, en vain. J'avais attrapé son bras, resserrant au fur et à mesure mon étreinte, je l'entendais geindre de douleur. Du moins, jusqu'à ce qu'une voix m'interpelle.
    « Hé, connard. Tu vas lâcher ma copine ou j'te bute ! »
C'est comme je disais. Les ennuis sont toujours à nos trousses, surtout quand une femme surgit. C'est assez ironique quand on y pense. Voilà que le « copain » de cette blondasse se ramenait. Plutôt amusant quand on se rend compte que ce type n'est rien d'autre qu'une vieille racaille des bas quartiers. C'est à se demander ce qu'il faisait à cette heure dans ce quartier . Le genre de type à menacer au couteau, sans avoir les couilles d'assumer ses actes et prêt à fuir, dès que les flics pointent le bout de leur nez. Au pas, il stoppa net devant moi, d'un air fixe et supérieur. Il était à peine plus grand que moi, perché du haut de son mètre quatre-vingt, me menaçant, Loïc et moi de son poing. Je ne pus m'empêcher de partir dans un éclat de rire. Larme à l'œil y compris.
    « Qu'est-ce qui te fait rire bâtard, HEIN ? » Il haussait la ton pour chaque mot qui sortait de ce qui lui servait de bouche. J'affichais une grimace, un dégout. « Calme-toi mon grand, j'ai mal aux oreilles. »
Le mec devint rouge. De colère sans doute. L'aurais-je offensé ? À vrai dire, je m'en contre fous. Si je pouvais décrire son teint en ce moment même ce serait... une brique. Exactement la même couleur. Et la fille qui jusqu'à maintenant ne cherchait rien d'autre que draguer tout ce qui bouge, s'était cachée derrière l'énormissime musculature de ce qui lui servait de copain. Ironie, bien sûr. Je détournais maintenant mon regard sur Loïc, qui ne semblait pas plus surpris que moi, mais tout autant amusé. 10:24 PM...


Dernière édition par Logan V. Rockafeller le Ven 1 Juil - 2:29, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jessy Z. Silverstone
avatar

about me
Féminin
✗ INSCRIPTION : 19/11/2010
✗ DATE DE NAISSANCE : 13/05/1995
✗ ÂGE : 22
✗ MESSAGES : 112
✗ CITATION : « Entendre ton rire comme on entend la mer, s'arrêter, revenir en arrière. ♥ »
✗ HUMEUR : Changeante.
✗ GANG : Uroboros

MessageSujet: Re: Promenons nous dans ses Bras... {PV}   Lun 24 Jan - 7:07
Promenons nous dans ses bras...
mais sachez que Jessy vous verra.



Ça aurait dû être une bonne soirée. Ça aurait dû être une fête entre amis. Ça aurait du... Mais ça ne l'était pas. A peine trois/quatre personnes s'étaient retrouvées devant le bar et après 45 minutes à attendre le reste des invités on a annoncé que tout était annulé, ceux-ci ayant donné des excuses plus ou moins crédibles. Et merde. Jessy avait prévu de passer une partie de la nuit ici et ne comptait pas rentrer chez elle de suite, surtout qu'il n'était pas vraiment tard. Chacun organisait sa soirée à sa manière : certains rentraient chez eux, d'autres cherchaient à rentrer dans le bar pour égayer un minimum leur nuit. Jess faisait partit de ceux-ci, aussi elle entra.

A l'intérieur les gens s'agglutinaient en masse près des tables couvertes de boissons et il régnait ici un chaleur lourde. La brunette était assez mal à l'aise. Elle ne connaissait personne alors que la plupart des gens étaient là en groupe. Tout en faisant les cent pas autour de la grande pièce principale le bruit et les odeurs commençaient à lui donner la nausée. Finalement il valait mieux qu'elle retourne à l'extérieur.

L'air frais lui fit un bien fou, il lui passait doucement le long des membres et la faisait frissonner. Elle se laissa tomber sur le banc le plus proche en rejetant sa tête en arrière et pu ainsi observer la nuit étoilée, qui était particulièrement belle ce soir. L'espace de quelques minutes plus rien ne compta d'autre que cette vue. Elle en oublia même le son sourd qui s'échappait des murs voisins. Et peu à peu la morsure du froid se faisait de plus en plus sentir, un nouveau frisson la secoua, puis un autre, jusqu'à ce qu'elle se lève enfin pour marcher. Jamais elle n'avait vu sa ville aussi déserte que ce soir. C'était un peu comme un jeu, elle empruntait les rues au hasard et selon ses envies, tournait à gauche quand ça l'inspirait, à droite pour changer, pour peu à peu s'enfoncer dans les endroits qu'elle n'avait encore jamais visité. Quand elle croisait des gens elle baissait la tête en espérant qu'on ne la verrait pas. Certains la sifflaient ou la hélait, mais jamais personne ne la suivi.

Puis elle arriva dans une allée d'où émanaient quelques bruits. En avançant les voix devenaient de plus en plus nets, de plus en plus familières aussi. Enfin pour le moment la jeune fille n'avait encore rien remarqué, puis les personnes lui apparurent et elle percuta enfin à qui appartenaient ces voix ! Le choc. Elle s'approcha encore un peu et vit son petit ami, apparemment en bonne compagnie. Une jeune femme blonde se tenait contre lui ce qui fit monter en Jess un agacement assez énorme. Mais le pire restait à venir. Juste à côté d'eux se tenait le grand roux que la brunette aurait préféré ne jamais revoir. Mais oui, ça devait être ça. Ça ne pouvait qu'être l'œuvre de Dimitri, comme à chaque fois que les deux amis se retrouvaient. Il était toujours là où il ne fallait pas. Vraiment, Jessy pensait que jamais elle n'avait vécu de soirée aussi pourrie que celle-ci. Elle songea un moment à faire demi-tour, faire comme si elle n'avait rien vu serait surement la meilleure solution, mais la colère était trop forte et elle se décida à intervenir. Dans un élan elle s'avança vers le groupe d'un pas rapide, mais au moment ou elle allait parler quelqu'un d'autre arriva. La petite brune s'arrêta net, elle n'osait plus avancer avec cet homme hyper baraqué qui venait d'arriver. De là où elle était elle voyait aussi bien ce qui se passait que ceux d'en face devaient la voir. Il y avait altercation entre Logan et l'arrivant, et Jessy ne pu retenir un regard noir envers Dimitri qui observait la scène un sourire en coin.
Revenir en haut Aller en bas
Dimitri L. O'Sullivan
avatar

about me
Féminin
✗ INSCRIPTION : 21/12/2010
✗ DATE DE NAISSANCE : 25/04/1992
✗ ÂGE : 25
✗ MESSAGES : 161
✗ CITATION : « bref. Va clasher ma grand mère pour un niveau équitable. »
✗ HUMEUR : Nobody knows.
✗ EMPLOI : Hôte & Doberman de Logan.
✗ GANG : Uroboros

MessageSujet: Re: Promenons nous dans ses Bras... {PV}   Mer 2 Mar - 1:08
[ENFIN, je me décide à répondre. Je suis franchement désolée du temps de réponse... Je vais m'appliquer à la réponse, pis très beau posts tout les deux. J'aime comment les choses tournent. Logaaan, ton avatar... ;___;]

Logan était simplement sublime, tellement meilleur que moi dans ses tactiques pour détruire ce genre de nanas. J’avais le sourire aux lèvres, tout comme lui. Comment se contenir face à un spectacle aussi drôle. Je pense que cette petite blonde s’est vraiment cru importante pendant une fraction de seconde. Il est vrai que Logan est ce type de gars qu’on ne peut pas ignore ; Il a un tel charisme. S’il était dans mon cercle d’hôte, il le ferait tourner jour et nuit à lui tout seul. Il s’avança près d’elle, très près pour lui murmurer quelque chose avant de la plaquer contre le mur. Est-ce qu’elle avait peur ? Elle devrait en tout cas. Penser que Logan voulait d’elle était une erreur. Car lui et moi fonctionnons de la même façon ; Nous sommes comme des frères. Les filles dans ton genre on ne les satisfaits jamais. Je tournais la tête une seconde, une ombre furtive nous regardait, une ombre féminine évidement. J’eus un petit sourire mesquin avant de m’avancer vers celle-ci. J’avais aussi le droit de m’amuser, non ?

    « Hé, connard. Tu vas lâcher ma copine ou j'te bute ! »


Je m’arrêtais net pour regarder l’espèce d’abruti qui venait de menacer Logan. Ce dernier s’empressa de rire en voyant ce type louche tenter de protéger sa copine - ou poufiasse-. Je remontais les manches de mon chemisier pour me diriger devant Logan. Je n’avais pas vraiment peur pour lui. Non…Logan savait se défendre à sa façon. Je ne voulais juste pas que ça dérape, qu’il lui arrive quelque chose de grave. Nous sommes des frères de sang, personne ne pourrait jamais nous enlever ce lien.

    « Ce qui me fait rire chéri, c’est que tu devrais la tenir en laisse, ta chienne. » murmurais-je après lui avoir laissé la parole, tout en ricanant.


Elle était à présent bien planquée dans le dos de ce tas de muscles. Son T-shirt moulant faisait tellement gay… On voyait sa musculature, c’est vrai, mais lui ne voyait pas la mienne. Il ne savait pas à qui il s’attaquait : Au Chef des Uruboros, Logan et à son espèce du garde de corps aux allures calme. Croyez moi, quand je vous dis qu’il ne faut pas offenser mon frère.

    « Va te faire mettre putain ! C’est quoi ton problème, c’est l’autre connard qui lui a sauté dessus ! Pas vrai ma puce ? » S’exclamait-il, crachant sur le trottoir.


Il lâchait des insultes à tout va, mais je sentais bien que dans sa voix tremblante, une petite peur commençait à naitre. Mes aspects de personne calme troublait souvent mes ennemis. Mon souffle était posé, mon regard vide vers le sol et mes mains rangées dans les poches de mon pantalon semblaient sans vie. Un seul regard vers Logan, un seul petit sourire narquois de sa part me donnait le feu vert. Je ne me considérais pas comme un chien d’attaque, mais plutôt comme un monstre enragé. Ma tête se releva d’un coup et mon regard transperça celui du la racaille en petite tenue. Il fit un pas en arrière et comprit immédiatement que j’allais lui rentrer dedans. Il fouilla rapidement dans ses poches et sortit un couteau suisse. « Lavette ! Allez vient maintenant allez V-V… » Il n’eut pas le temps de finir sa phrase que mon poing vint s’écraser dans le creux de son visage. Le couteau valsa dans les airs et atterrissait aux pieds de Logan.

    « First hit, always for me » ricanais-je en regardant ma victime se tenir le nez.


La copine criait comme un agneau qu’on allait égorger mais je n’avais pas pour habitude de frapper les demoiselles. Le premier coup était donner, comme toujours mon poing réclamait d’autre fracassements mais ça ne dépendait que de cet abruti. J’avais un sourire effrayant aux coins des lèvres quand une brunette s’approcha de nous, tétaniser. Je reconnaitrais ce parfum entre mille. Un mélange de truc sucrés et fruités avec l’odeur de Logan. « Et Merde… ». Je savais déjà d’avance qu’elle me fixait MOI avec un regard décider à m’assassiner sur place si il le fallait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


about me

MessageSujet: Re: Promenons nous dans ses Bras... {PV}   
Revenir en haut Aller en bas
 

Promenons nous dans ses Bras... {PV}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Promenons-nous dans les bois. [Emeric]
» Promenons-nous dans les bois... [Privé]
» Promenons-nous dans le parc pendant que le lapin n'y ais pas... Oh wait...
» Promenons nous dans les bois , pendant que le loup n'y est pas ~PV Yû
» Promenons nous dans le parc ♫ [PV Warren]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BANGBANGBABY • Three Bee. :: Bars-
Sauter vers: